Présentation

Recherche

Texte Libre

Derniers Commentaires

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>

Histoires de Matiou (la Villa des mille pins N°1)

-----------------------------------

Rien de plus simple, envoyez moi vos textes via mon email: matiou46@hotmail.com

   -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une histoire purement fictive, écrite et imaginée par Harry M

toute ressemblance avec des personnages existants est purement fortuite! ou presque

(images tirées du net)

 

LA VILLA DES MILLE PINS

 

La Smart d'Eric se gara devant une splendide villa, nichée au coeur d'une forêt de pins maritimes. Je sortis du minuscule véhicule, ramassais mon sac et suivis Eric vers la maison. Il faisait un temps superbe en cette fin d'après midi, le soleil avait déjà presque disparut derrière la colline.


Eric était venu me chercher à la gare de St. Raphaël, nous nous étions connus sur un site de cams. La quarantaine, il m'avait tout de suite plu, corps mince, légèrement musclé et surtout un torse avec de beaux tétons, des cuisses couvertes de poils, une belle gueule aussi. Grand amateur de branles en cam comme en réalité avec son ami, m'avait il dit. Il m'avait proposé de venir le voir dans sa propriété, située non loin de Ramatuelle. Une semaine de farniente, de soleil, de plaisir, m'étais proposé.

Kire-le-male

Pendant le trajet qui menait de la gare à sa villa, nous avons parlé de certaines choses, de nos goûts communs pour les mecs poilus, de notre passion pour les massages érotiques. Eric était habillé d'un pantalon en lin blanc ainsi que d'une chemise aux manches retroussées. J'ai pas cessé d'admirer ses bras, ses mains larges et bronzées tenant le volant. Je l'avais vu une fois à poil mais par cam seulement. Son corps me fascinait et je l'avais à mes côté maintenant, je ne savais pas encore ce que j'allais faire avec lui pendant ses vacances inattendues.


La maison devais dater des année 30, un large perron menait au hall d'entrée, de grande fenêtres sur 2 étages s'ouvraient sur la pinède. Eric me fit une brève visite du rez de chaussée, il était déjà bien tard, j'étais épuisé par mon voyage. Sur la gauche il y avait une magnifique cuisine ornée d'une table géante en chêne massif, une porte fenêtre donnait sur l'entrée. Je remarquais deux autres voitures parquées sous un pin parasol.

La salle à manger attenante était chaleureuse, boisée et la table ovale en bois elle aussi pouvait réunir une bonne dizaine de convives. Je le suivis dans l'escalier en admirant au passage son cul dans son pantalon de lin, je crois qu'il savait que je lui le matais à la façon qu'il gravit les dernières marches qui menaient aux chambres. Humm la merveille...

Il ouvrit une porte et me fit entrer dans ma chambre, je restait cloué quelques secondes devant le décors de cette pièce. Un lit "géant" occupait le centre de la chambre, un lit moderne à raz le sol. Parquet partout, lustré, ancien, une grande fenêtre à trois portes donnait sur un balcon. La vue était superbe, la mer se devinait derrière les pins malgré que la nuit fut bientôt tombée. Un écran plat dernier cris faisait face au lit mais ce qui était encore plus suffoquant c'est que la salle de bain jouxtait la chambre sans aucune séparation. Cette pièce respirait le bon goût, le plaisir d'y vivre aussi.

Il déposa ma valise sur une chaise design et me dit que cette chambre était très calme. Je le félicitais pour l'arrangement original de cette salle d'eau et de l'arrangement de la chambre.

- Tu es ici comme chez toi, cette chambre est en effet très agréable, me dit il.

En principe tout le monde ici à sa propre chambre, la mienne se trouve au bout du couloir à l'étage supérieur, je te la montrerais demain matin. J'ai aussi des présentations à te faire. La maison est peuplée d'amis de passage, de mon homme mais il est malheureusement aux Etats Unis pour des raison familiales. Mourad  le jardinier, mon homme à tout faire rentrera tard cette nuit, je t'expliquerai pourquoi demain aussi. J'ai un chef cuisinier, il se nomme Patrick, il travaille ici pour tout ce petit monde, Je suis sur que tu va apprécier sa cuisine autant que sa plastique! (rire).

Je m'assis sur le rebord du vaste lit, j'en appréciais l'élasticité, Eric continuait à me faire découvrir les ressources de ma "suite". Près de la large fenêtre, un meuble bas servais de frigo, il souleva le couvercle et je remarquais plusieurs bouteilles de boissons différentes alcoolisées ou pas. J'avais l'impression de rêver là!

- Te fais pas de souci aussi, ici il n'y a pas de clés sur les portes, tout le monde se connait et se respecte, si tu as envie de dormir seul, dis le nous sinon tout est permis !

Eric s'esclaffa une nouvelle fois, il avait le rire facile, l'humour était une bonne façon de voir la vie. J'étais ravis.

Il me laissa et referma la porte derrière lui. Je restais quelques minutes encore immobile, admirant la chambre, ensuite je sortis sur le petit balcon. La nuit était tombée et j'entendais distinctement les fracas des vagues dans les rochers. L'air était si doux, je déboutonnais ma chemise, me retrouvais torse nu.

La brise fit dresser mes tétons, je les caressais doucement, massais mon ventre et je dégrafais ma ceinture et descendis mon jeans. En slip, ma tenue préférée. Celui que je portais était noir, un Calvin Klein sobre sans poche. Je le portais depuis quelques jours. Eric m'avais fait savoir qu'il appréciait les mecs en slips er si possible odorants. Moi c'est un truc qui m'excite, le fumet qui s'en dégage me rend fou. Je caressais mon paquet, portais mes doigts à mes narines, oui l'odeur me plaisais, je sentis ma queue se dresser un peu, je rentrais dans la chambre et me jetai sur le lit. On pouvait facilement y dormir à quatre!!!

Je crois que je me suis endormis comme une masse. Je me suis réveillé sans savoir vraiment ou je me trouvais. Le jour éclairait d'une lumière dorée la vaste chambre ou je me trouvais. Juste à côté de moi, dormait un mec

hotguysandgayporn: unf gimme that ass Makes my tongue hard! 
couché sur le côté gauche, il me tournait le dos, j'admirais aussitôt ce qu'il me proposai; un dos long finissant sur un cul rond qui moulait le slip. Des jambes musclées et couvertes de poils. Ma queue se dressa, il m'en faut peu mais la vue des jambes de mec me fait toujours un effet incroyable.



Il devait avoir la trentaine, je me penchai sur son visage en prenant garde de ne pas le réveiller. Il portait une courte barbe noire, savamment taillée, son torse masqué par un de ses bras, j'aperçus juste l'un de ses téton niché dans une touffe de poils sombres. Son souffle régulier me laissait à penser qu'il dormait profondément. Je passai ma main dans mon slip pour remettre en place ma bite tendue. J'approchai mon visage de la nuque du jeune homme, ses cheveux assez longs et bouclés, le parfum qui s'en dégageait me plaisait bien, je continuai mon exploration olfactive, j'y mettrai bien la langue mais n'osais pas le réveiller, qui est il? Le jardinier d'Eric ou son cuisinier ou alors un de ses invités, tout ètait possible.


Ses cuisses étaientt superbes, longues, finement musclées, je les imaginais déjà accrochées à mes reins. Jambes d'animal, velues,douces, des vraies jambes de mec comme je les aime. je posais une main sur son mollet, c'est plus fort que moi, ma queue me faisait mal, je bandais grave, c'est si bon de toucher cet inconnu endormi. Je continuais à le caresser, à l'effleurer jusqu'au pied. Grands bien dessinés, des pieds à lécher, sucer...
Il poussa un soupir et se retourna sur le dos subitement, je me reculais, lâcha sa jambe, reteins mon souffle. Il dormait toujours, un jeune homme très beau, les traits fins. Son torse m'était offert, large sans être excessivement musclé, une ligne de poils montait de son sexe vers ses tétons, ses pectoraux à peine visible dans une forêt de poils noirs et brillants qui remontaient encore jusqu'à la naissance de sa barbe. Un frisson me parcouru l'échine. Si ce mec sublime se trouvait dans mon lit c'était pas juste pour faire joli, il fallait que j'en profite, un cadeau pour commencer mes vacances.

rimjeff: mmmmmmmm

Je déposai mes lèvre sur son téton, le contact de ses poils, de la pointe dur de son sein m'électrisait. J'avais toujours mon slip, je le retirai et libéra ma queue. J'avais envie de voir son sexe je l'imaginai bien en voyant le paquet dans le slip. Je soulèvais délicatement l'élastique et le tirais vers moi, je coulai un regard dans la brèche, il y avait du poil la dedans, c'était sombre et touffu, une magnifique queue au gland découvert s'y trouvait nichée posée sur deux énormes couilles pas rasées.
Ce mec était naturel de partout, savamment, je passai l'élastique sous les burnes du jeune arabe, immédiatement j'eu devant moi son paquet 3 pièces bien présenté, prêt à être humé et sucé. Je plongeai, je happais délicatement son gland circoncis, de belle taille quoi que encore au repos, l'odeur et le goût ètait tout bonnement sublime, le mec râla et soupira dans son sommeil. Ma langue s'activait délicatement sur son méat, je regrettais un peu qu'il n'ai pas de prépuce mais je suis un peu difficile, je continuais mon exploration. Son membre commencait à grossir sous mes coups de langue, j'eu le nez enfouis dans sa toison pubienne, je bandais de plus belle à plat ventre sur ce lit géant, je sentais un rayon de soleil chaud me chauffer le cul, c'était tout bonnement le paradis ici. Je passais à ses couilles, elles étaient vraiment grosses, elle devaient bien pendre quand il était debout. Je les gobais une à une, l'élastique de son CK roula sous mon menton, je posais ma main sur sa cuisse poilue et continuais cette fois ci à le pomper plus vigoureusement. Son chibre deveint volumineux, magnifique, je bavais dessus, je salivais, je le retirais de ma bouche, admirais son gland luisant et le ré-enfourna goulument.


-mmmhh, tu suces comme un dieu, mec!

Je lève les yeux vers son visage, il rit, des yeux sombres, brillant de malices, je fonds. J'attrape sa queue et Je lui répond que c'est un plaisir de se réveiller de cette façon, on rigole tout les deux. Je me redresse pour me présenter mais j'oublie de lâcher sa queue qui reste toujours bien droite dans ma paume.


- T'as une belle queue toi aussi, je te fais de l'effet je crois, me dit il en s'esclaffant de rire une nouvelle fois. Moi c'est Mourad, enchanté!

 Je regarde mon sexe, oui je suis raide, moins membré que cet étalon mais fier de ma queue couverte de mouille. Sans que je m'en aperçoive il passe le bout de son index sur mon méat, récupère la perle de précum et la porte à ses lèvres charnues. Un fil baveux vient se déposer sur sa barbe.


-Elle est bonne mec, j'adore vraiment ça, Eric mouille grave lui aussi, je suis son jardinier, son homme à tout faire, il fait de moi ce qu'il veut. Ça fait trois ans que je le connais et seulement quelques mois que je me suis installé chez lui. Il m'a offert du travail, c'est sérieux mais ça n'empêche pas que nous prenions du bon temps ici dans cette maison. Une partie de ma famille habite Paris et l'autre au Maroc, je cherchais du travail comme jardinier sur la côte d'azur. J'ai déposé une annonce sur internet et Eric m'a contacté assez vite. Entretenir son jardin est très intéressant et agréable, je m'occupe aussi de faire certaines courses en ville.

sexwithmydad: Dad is passed out naked on his bed again. Son is so tempted to see if he can go play with his cock without waking him
Je continuait de le caresser tout en le laissant parler, ce moment était intime et délicieux.

- hier soir je suis rentrés passé une heure du matin, Eric m'avait avertit de ta venue, je suis venu voir si tu avais besoin de quelque chose mais tu dormais déjà en travers du lit, je t'ai remis un peu droit et me suis couché à côté de toi, en fait j'aime pas trop dormir seul, tu ne m'en veux pas j'espère, dit il en me faisant une oeillade coquine.

Ma réponse fût bien précise, je me penchais vers lui et léchais ma mouille perdue dans sa barbe, ses lèvres s'entrouvrirent et on se roula une pelle exquise. Sa langue me fouilla la gueule, je devenais fou, ma queue battait la mesure contre mon ventre. Les mains de Mourad caressaient mon dos, nous étions assis l'un en face de l'autre, jambes écartées, bouche contre bouche, haletant de désir.


Le bel arabe me poussa sur les oreillers, il me chevaucha, se retourna me présentant sa croupe, son cul poilu à la raie envahie de poils drus et commença à son tour de me sucer, je le laissais faire quelques instants, regardais sa bouche avaler ma queue presque totalement.

Je bougeais un peu pour me positionner sous lui, en 69 c'est une façon de faire qui me plais énormément. Son membre, ses couilles pendantes devant ma bouche, je les gobe, les lèche, les bouffe, suis affamé et je sent sa bouche qui fait de même sur ma teub.
Il mouillait aussi pas mal, sa queue moussait de salive et de precum mélangé, j'étais très excité et j'avais une envie terrible de me faire prendre. Il du le sentir car il s'arrêta tout aussitôt de me biberonner le sexe, m'attrapa par les hanches et rabattit mes cuisses sur mon torse. Je me laissais faire avec plaisir, je suis versatile en principe avec une tendance plus marquée pour la passivité.


Bref j'étais en position parfaite pour recevoir le membre de Mourad. Un expert ce garçon je n'ai pas compris comment il s'était protégé, en une fraction de seconde j'ai vu son zob encapuchonné, luisant puis j'ai sentis son gland se poser sur ma rondelle palpitante. Mourad suait, son visage était excité, j'adorais le voir comme ça en rut en dessus de moi, dominant. Il y alla assez fort, je poussais un cris mais il continua de me prendre fermement, il tenait mes jambes et s'enfonçait en moi de plus belle. Il commença alors à me limer, toute la douceur et la finesse de cet homme se transformait en bestialité.
J'ai pris un pied géant avec lui ce premier jour chez Eric, il est resté en moi un long moment et ensuite il a juté sur mon torse et on est resté tout les deux collés l'un contre l'autre. Moi même j'ai jouis quand j'ai reçu ses jets sur moi, un orgasme hors du commun. Nous avons pris une douche en parlant de choses et d'autre en rigolant aussi comme de vieux amis. Il s'habilla, il était presque 11heures déjà, il me dit que l'on se verrait vers midi et demi pour le déjeuné.


Je restais un long moment nu dans ma chambre à repenser a ce moment de folie avec Mourad, j'avais rarement eu autant de plaisir avec un homme et surtout avec un si beau mec! J'enfilai un nouveau slip et rangeai celui de la veille au fond d'une armoire. Je me rasais de près, mon regard dans la glace me fit sourire. Eric tapota et entra dans ma chambre, il était vêtu d'un short en toile écrue et d'une chemise Ralph Lauren bleue ciel. Ses jambes bronzées et poilues attirèrent tout de suite mon regard.

-Ehhh mais tu mates mes jambes mon cochon!

tumblr lv5ecducRi1qfxw83o1 500
T'as bien dormis à la Villa des Mille Pins? Il fait un temps radieux et la mer est un véritable délice pour cette fin de saison. Me suis baigné à poil tout à l'heure dans la crique avec Didier, te montrerai par ou il faut descendre.

Je lui répondis que j'avais passé une nuit sublime mais ne mentionnais pas mes aventures avec Mourad. De toute façon j'étais certain qu'il était au courant.

Eric s'approcha de moi et me roula une pelle, je la lui rendis avec plaisir. Il se recula, me toisa et me dit que j'était bien plus bandant en réel qu'en webcam, j'étais enchanté du compliment, on en resta là et je le suivis hors de la chambre. Il voulait me faire visiter le reste de la maison et de la propriété avant de passer à table.


Il y avait 4 chambres au même étage que la mienne, celle de Mourad jouxtait le mienne, quel coquin celui là, je repensais encore à ce qu'il m'avait dit; - Je n'aime pas dormir seul.
La suivante en face était celle de Patrick le cuisinier, Eric ouvrit la porte et nous sommes entrés, Patrick était en cuisine bien sur, la pièce était bien plus petite que ma chambre mais meublée avec goût, le lit était défait, un caleçon trainait par terre, Eric le ramassa et le jeta sur un fauteuil.

J'adore ce garçon mais il laisse toujours traîner ses affaires partout par contre sa cuisine est toujours nickel. Enfin dans sa chambre il fait ce qu'il veut.

Je remarquais aussi plusieurs revues gay, des dvd de cul, un gode noir posé par terre près du lit et l'écran plat devant le lit surmonté d'une webcam sophistiquée. Eric alla à la fenêtre pour me faire admirer le paysage, j'admirais le jardin potagé.

- Patrick et Mourad s'accordent très bien pour que ce jardin soit si beau et fournis en plantes et légumes délicieux.

Ah au fait je t'ai pas parlé de Mourad je crois!?

Je bafouillais que non

Mourad est mon jardinier et il me fait des extras, des courses au village, des livraisons et pour te dire franchement il baise comme un dieu!

La chambre de Mourad respirait le Maroc, j'ai tout de suite aimé son atmosphère intime, je me voyais déjà baiser dans cet antre et je savais déjà que ça n'allait pas tarder. Tout était bien rangé, le lit était pas défait, cela me fit sourire. On continua la visite, les deux autres chambres appartenaient à Didier un ami d'enfance d'Eric, en instance de divorce difficile, il avait demandé à venir passer quelques jours ici pour continuer à travailler dans le calme. Didier avait aussi tardivement découvert son penchant pour les hommes.

- Didier est un homme très sensible, je le connais depuis que nous avons 16 ans, il n'a pas beaucoup changé physiquement, tu verras il est encore bel homme, il à 48 ans, deux grands enfants qui vivent avec leur mère près de Lyon je crois, enfin là n'est pas le problème. Cet homme a besoin de changer d'air, de relations aussi. il se baigne dans la petite calanque ou je me trouvais tout à l'heure.

Didier venait d'arriver comme moi un jour avant, sa valise était ouverte sur son lit, rien de plus, l'autre et dernière chambre de l'étage était celle ce David. Il me poussa à l'intérieur en me caressant le cul, je me retrouvais dans une vaste chambre d'angle inondée de soleil, le David en question était couché nu sur son lit, les cuisses écartées, la bite à la main en pleine masturbation solitaire. Il s'arréta de se palucher lorsque nous débouláme dans sa piaule.


-Te présente mon ami venu de Genève, celui qui aime comme nous la sturb entre poilus! Claironna Eric.

hairy New original photo posted daily at seeallbutface see all my previous photos or participate  ARCHIVE  |  ASK  |  SUBMIT

Un peu gêné je saluais David qui continuait de se branler calmement. Un film de baise entre bears passait sur le même écran géant que dans les autres pièces.
- Bienvenu au pays des branleurs me dit il.

David était un homme de 34 ans genre ours trapu et poilu de partout, j'appréciais tout de suite son physique animal doux. Sa queue était large pas très grande, de bonnes grosses couilles qui ballottaient au rythme de la branle.

groverpm: via Woof! Blog

-Assieds toi et mate cette merveille, David est le roi des sturbeurs, il nous donne des cours, ici dans sa chambre, dans le canapé du salon, sur la plage en toute discrétion, au cinéma, dans l'auto-bus ou à table.

Je posais mon cul au bord du lit rond, Eric à mes côté une main sur ma cuisse puis sur ma braguette, histoire de palper l'effet que me faisait son ami. Je ne me suis jamais fais  un bear, un mec poilu de partout avec des rondeurs j'en ai matté des dizaine via le net mais David allait me donner ce que je désirais en réel. Il avait des poils partout, sur les épaule dans le dos, ses bras était très fournis, ses jambes encore plus. Son sexe sortait droit d'un broussaille de poils fous qui partaient dans toutes les directions, cuisses, mollets et son cul, oui un cul de singe, un cul à bouffer au plus vite. Ma queue resta pas longtemps molle et de plus la main d'Eric insistante sur ma bosse n'arrangeait pas les choses.

- Sortez vos queues les mecs et venez mater avec moi la fin de ce film, j'ai une furieuse envie de gicler.

Eric sortit ma queue de mon jeans et commença à me branler, j'attrapais la sienne, énorme, épaisse avec un long prépuce. Mon regard allait de sa queue à celle de David. Nos 3 queues raides de branleurs. Immédiatement je me mis à mouiller abondamment, engluant les doigts de mon ami. Je répétais les mouvement savant de David sur la biite d'Eric et soudain on entendit notre maître branleur pousser un grand cri, son jet partit directement dans sa belle barbe, le second sur son poitrail de gorille, le reste sur ses cuisses. Eric se jeta sur lui pour le lécher, j'en profitais pour venir moi aussi bouffer la toison de l'ours, rouler une pelle à Eric avec l'odeur de foutre. C'était l'heure de passer à table!

superbears: PERFECT COCK, NUTS OF STOCKY BOY

La table avait été dressée dehors sur la terrasse au bord de la piscine. Une terrasse accrochée au dessus d'une calanque, la vue était à couper le souffle, le bleu de la mer, les fonds marins turquoises, les pins parasols accrochés aux rochers, les goëlands qui tournoyaient, c'était fantastique.

Il y  avait 6 couverts sur la table de marbre, Mourad était couché à côté de sa tondeuse à gazon quelques mètres plus loin, torse nu comme à son habitude.

Silhouette superbe et désirable. Eric le héla, le jeune jardinier posa ses outils et nous rejoignit au bord de la piscine débordante, il embrassa Eric sur les lèvres, me souris et m'embrassa aussi tendrement. Eric ne remarqua rien de particulier, c'était normale ici.

David arriva aussitôt lui aussi et s'attabla le premier, il s'était habillé de vêtements léger, pantalons longs, t-shrt et espadrilles beiges. Nous le rejoignimes et on le félicita pour sa prestation masturbatoire. Je m'amusais comme un fou ici, tout était porté sur le sexe, les plaisirs entre hommes, la simplicité des rapports et le savoir vivre d'Eric. Je n'arrivais pas à détacher mon regard du torse magnifique de Mourad, il me fascinait et de déjeuner avec ce dieu en face de moi me donnait des envies extrêmes. La porte fenêtre de la cuisine s'ouvrit et un grand type apparut dans l'encadrement de la porte, un mec costaud en polo blanc, shorts de tennis blanc, une peau bronzée chargé d'un plateau, de verres et d'une carafe de rosé. C'était Patrick le cuisinier. Un beau blond comme me l'avait dit Eric, je remarquais tout de suite ses mollets couvert de poils blonds qui accrochait la lumière du soleil.
 
suite sur une autre page...car trop long
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés